Une réglementation drastique

L’épandage des boues de station d’épuration urbaine est soumise à une réglementation très stricte : des périodes qui se raccourcissent, tout d’abord, (jusqu’à fin avril seulement aujourd’hui) et des multiples contraintes administratives (demande d’autorisation et enregistrement obligatoire).
Les récentes études mettant en lumière la présence d’effluents émergents dans les boues (hydrocarbures, bisphénol A, dioxines…) poussent par ailleurs les autorités à durcir chaque année les pratiques d’épandage.

Un climat défavorable

Deux mois de précipitations en moins de 24h dans le sud-ouest, une pluie qui n’a cessé de tomber cet hiver en Dordogne, trop d’eau dans les champs d’Indre et Loire … Les récentes conditions climatiques empêchent tout simplement d’épandre les boues sur les cultures. Les exploitants de stations d’épuration urbaines ou les gestionnaires de sites industriels sont donc obligés de trouver de nouveaux modes de traitement des boues résiduaires.

La déshydratation des boues : véritable alternative

Face aux contraintes réglementaires et climatiques, une solution à la fois réactive et efficace est possible : la mise en place d’une unité de traitement mobile de déshydratation des boues. Disponible en urgence ou sur programmation, l’équipement in situ assure le traitement des effluents résiduaires, quelle que soit leur typologie, qui seront par la suite valorisés en centre agréé.

Besoin d’une solution pour déshydrater les boues ? Contactez nos experts

Découvrez également toutes nos solutions de traitement mobile des effluents

Logo Header Menu